Vous êtes ici : Accueil > Présentation du lycée > Historique du lycée
Publié : 29 mai 2011

Aux origines du lycée

I le premier collège

PNG - 38.9 ko
L’église et le couvent des Carmes en 1575
Vue de François de Belleforest (Détail), coll. Bibliothèque municipale de Semur-en-Auxois.

La ville de Semur, capitale de l’Auxois, a, depuis le Moyen Age, cherché à assurer la formation des jeunes de la cité en prenant à sa charge l’enseignement. Dès le milieu du XVème siècle, la commune nomme et rétribue un recteur pour les écoles de Semur. En 1560, l’existence d’un collège est désormais attestée par les archives. Il est alors situé dans un bâtiment localisé près de l’Armançon à proximité du pont Pinard. La ville se charge alors d’assurer l’entretien des bâtiments et le paiement des professeurs.
En 1573, une importante donation de Nicolas Frolois, prêtre mépartiste du prieuré Notre-Dame, permet au collège de Semur de prendre son essor. Pour préserver cette institution, la municipalité lui assure le monopole de l’enseignement et interdit expressément à autrui de « tenir école dans des maisons particulières ». Deux régents (professeurs) ont en charge l’un la grammaire et les humanités l’autre la rhétorique. L’enseignement dispensé est alors de qualité : le collège peut même se targuer d’assurer un enseignement du grec ancien. Parmi les élèves formés au collège de Semur, signalons Charles Févret, juriste renommé au XVIIème siècle.

II Le collège et les Carmes

GIF - 33.9 ko
L’église des Carmes en 1721
Vue de Semur 1721, (Détail), anonyme , coll. Musée municipal de Semur-en-Auxois

Confronté à des difficultés pour trouver durablement des régents de qualité, la municipalité décide, en 1618, de confier la direction du collège aux religieux du couvent des Carmes. L’histoire du collège sous l’Ancien Régime est emmaillée de nombreux conflits entre les frères Carmes et une municipalité soucieuse en tant que payeur d’avoir un droit de contrôle sur l’enseignement délivré aux jeunes semurois. Cette préoccupation s’exprime notamment à travers les nombreuses visites effectuées dans le collège par les échevins de la ville.
En 1641, la réforme de l’ordre des Carmes apporte une certaine stabilité à l’institution si bien qu’à partir 1652, la direction du collège leur sera confiée sans interruption jusqu’à la Révolution. Le bâtiment du collège est alors installé à l’intérieur de l’enclos du prieuré qui dispose d’un espace et de dépendances suffisamment vastes pour accueillir les élèves. En 1657, devant le succès rencontré par l’enseignement dispensé au collège, la ville décide de payer un 4ème régent, professeur de philosophie chargé d’assurer les cours de logique, de morale, de physique et métaphysique.
C’est dans la cour du couvent qu’à lieu en 1670 une représentation théâtrale devant des habitants « extrêmement satisfait de la beauté de cette tragédie et de la bonne grâce de tous les acteurs ». Les élèves sont à diverses reprises amenés à donner des représentations publiques ainsi en 1713 une « pastorale sur les vœux de la paix » à l’occasion du traité d’Utrecht.
Le XVIIIème siècle voit donc disparaître les derniers différents entre les magistrats et les Carmes. En 1705 la ville définit clairement les vacances des écoliers puis en 1708 institue un examen validant le passage à une classe supérieure. Le collège peut ainsi se développer dans un climat serein propre aux études. En 1755 il peut se targuer d’accueillir une soixantaine d’élèves.

JPEG - 88.3 ko
Plan de Nicolas Chérier, 1788 (Détail)
Coll. Bibliothèque municipale de Semur-en-Auxois
Publié : 29 mai 2011

L’enseignement à Semur-en-Auxois au XIXème siècle

JPEG - 15 ko
L’église et le couvent des Capucins en 1721
Vue de 1721 (détail), anonyme, coll. Musée municipal de Semur-en-Auxois

En 1789, suite à la confiscation des biens du clergé, le collège quitte le bâtiment des Carmes pour prendre possession du couvent des Capucins désormais déserté. C’est dans ce bâtiment qu’il va croître et se développer tout au long des XIXème et XXème siècles. Ainsi, l’ancien cloître du couvent des Capucins, construit en 1758, constitue toujours la cour d’honneur du lycée Anna Judic (bâtiment H).

Le début du XIXème voit la création d’un internat et le nombre d’élèves atteindre la centaine. Une bibliothèque spécifique au collège est créée vers 1840. Une horloge est mise en place avec un adage latin, « hora fugit » (stat jus), qui figure toujours dans la cour d’honneur. Progressivement, les disciplines se diversifient : les mathématiques, l’histoire la botanique sont désormais représentés. Un cabinet de physique est créé au milieu du XIXème siècle sous le principat de M. Gresley, puis ce sont les langues vivantes anglaise et allemande qui viennent compléter l’offre de formation. Le lycée compte désormais plus de 150 élèves dont 80 pensionnaires.

PNG - 234.4 ko
Plan de la cité scolaire en 1836
Détail du plan cadastral, coll. Archives départementales de la Côte-d’Or.

En 1859, M. Pion, professeur à Semur depuis déjà 25 ans, prend la direction du collège qui connaît alors un nouvel essor. L’étude du dessin et de la musique est désormais instituée. Une chaire de physique-chimie est créée en 1877. C’est enfin l’éducation physique qui vient compléter l’éducation des jeunes élèves ; pour ce faire on aménage alors un gymnase dans une des salles de l’établissement.

Lorsqu’en 1879, M. Pion prend sa retraite le lycée compte plus de 200 élèves dont 130 pensionnaires. Son successeur diversifie encore l’enseignement en établissant des cours de sténographie, ancêtres lointains des actuelles sections tertiaires.

Publié : 29 mai 2011

Le lycée au XXème siècle : quelques dates.

I Lycée et collège : une histoire longtemps commune

JPEG - 17.8 ko
L’entrée du lycée au début du XXème siècle
Coll. Le Bahut, revue de l’association des anciens élèves du Lycée-Collège de Semur

Au début du XXème siècle le collège de Semur assure, dans les faits, un enseignement jusqu’au baccalauréat.
En 1928 il accueille ses premières jeunes filles. Une extension du lycée s’impose : elle interviendra après la guerre et s’achèvera en 1951 sous la forme de deux nouvelles ailes construites perpendiculairement à l’ancien couvent des Capucins.

Moins de 10 ans plus tard, un nouveau bâtiment est construit. (Récemment rénové et agrandi, il abrite désormais le collège Christiane Perceret). Ce nouvel agrandissement permet alors d’absorber la hausse d’effectif consécutive à la réforme Berthouin (1959) qui prolonge la scolarité jusqu’à 16 ans. Les effectifs du « collège » (collège et lycée actuel) atteignent en 1962, 630 élèves dont 320 pensionnaires.
Suite à la réforme Fouchet qui institue les C.E.S. (collège d’Enseignement Secondaire) on procède à la construction d’un bâtiment spécifique aux plus jeunes. Opérationnel à la rentrée 1972 (actuel bâtiment E du lycée), il permet d’absorber la hausse des élèves issus du baby boom. Sa construction concrétise sur le terrain la séparation entre les deux cycles du secondaire. Le lycée proprement dit voit la construction d’une nouvelle aile en 1987.

JPEG - 65.5 ko
La cour d’honneur du lycée en 1939
Coll. Le Bahut, revue de l’association des anciens élèves du Lycée-Collège de Semur

II Le lycée professionnel

L’après-guerre voit également la création d’un lycée professionnel occupant à l’origine les locaux de l’ancienne prison (actuel bâtiment F) puis à partir de 1953 et jusqu’au début du XXIème siècle les locaux de l’ancienne sous-préfecture situés rue de la Liberté (actuel bâtiment A). Avec la réforme Fouchet (1963), il prend l’appellation de Collège d’Enseignement Technique (C.E.T.)
Pour faire face à la hausse du nombre d’élèves (600 dans les années 80), un nouveau bâtiment (actuel bâtiment D) est construit pour abriter l’ancien C.E.T. devenu L.E.P. (lycée d’enseignement professionnel). On procède également à l’extension des salles de la section hôtelière dont la superficie est plus que doublée.
Au tournant des deux siècles, la fusion entre le Lycée d’Enseignement Professionnel (L.E.P.) et le Lycée d’Enseignement Général et Technique (L.E.G.T.) est réalisée. Le lycée prend alors le nom de lycée Anna Judic.

Publié : 28 mai 2011

Pour en savoir plus...

Association des anciens élèves du lycée-collège de Semur, M. Jacques Brasse, 3 rue Varenne, 21140 Semur-en-Auxois. Tél : 03.80.97.30.50.

Le Bahut, revue de l’association des anciens élèves, responsable de publication, M. Georges Gonnot, 11 rue des Essarts, 25870 Auxon-Dessus. tél : 03.81.58.87.29.

Lien vers l’article de Paul Boulogne ("Histoire du collège de Semur" paru dans le bulletin de la Société des sciences, 1901) :

http://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k213724t/f216.image.r=bulletin%20société%20sciences%20semur.langFR

Lien vers le site de la Société des Sciences de Semur :

http://socscisem.azurline.com/

Lien vers la Bibliothèque municipale et le Musée municipal de Semur-en-Auxois :

http://www.ville-semur-en-auxois.fr/Musee-et-bibliotheque_a57.html